samedi, 28 janvier 2023

Elinor Batteries fabriquera des batteries LFP en Norvège

La société d’investissement norvégienne Valinor a créé Elinor Batteries avec l’intention de développer une usine à l’échelle du gigawatt pour les batteries LFP dans le centre de la Norvège. Les cellules doivent être destinées au stockage stationnaire pour la recharge des véhicules électriques et les applications marines, pour n’en nommer que quelques-unes.

La construction de l’usine d’Orkland près de Trondheim devrait commencer en 2024, la production de la toute première des trois étapes devant commencer au deuxième trimestre de 2026.

Applications marines comme pour les navires ou la recharge des navires et le stockage fixe dans les stations de recharge nécessitent des puissances de recharge élevées qui mettraient à rude épreuve le réseau électrique local sans stockage tampon séparé. C’est là qu’Elinor Batteries veut être disponible et répondre à la demande croissante de batteries durables. Les batteries LFP ne dépendent pas non plus des ressources de nickel et de cobalt.

L’usine d’Orkland sera implantée en trois modules pour limiter les dangers financiers et technologiques. Le premier module devrait être terminé pour que la production démarre en 2026, avec trois modules opérationnels d’ici 2030. Bien que Valinor ait effectivement financé la première étape du travail, elle souhaite attirer plus d’investisseurs à long terme, pour lesquels un cycle de financement est préparé courant 2023.

Elinor Batteries sera dirigée par Terje Andersen, qui a actuellement de l’expérience dans la création d’un emploi de batterie en Norvège : Andersen était auparavant PDG de Morrow Batteries, qui est connu pour planifier la construction d’une usine de 32 GWh à Arendal, dans le sud de la Norvège.

« Il n’y a pas d’autre endroit sur la planète meilleur pour produire des batteries durables que Main Norway », déclare maintenant Andersen dans son tout nouveau rôle, discutant du fait que l’emplacement offre un accès substantiel à la ressource renouvelable la plus abordable d’Europe. De plus, Trondheim, surnommée la capitale technologique de la Norvège, est à environ 30 minutes, ce qui, espère Elinor, fournira un bon accès aux ressources de R&D et à une main-d’œuvre compétente.

Elinor Batteries sera soutenue dans la construction du usine par l’organisme norvégien indépendant d’études de recherche SINTEF pour lequel un protocole d’accord correspondant a été signé. L’accord couvre des éléments technologiques tout au long de la chaîne de valeur de la production de batteries, y compris l’innovation de production, l’infrastructure, la gestion, l’économie et les éléments sociaux.

Andersen a expliqué que l’accord permet à Elinor Batteries de commencer à produire des échantillons A ce printemps. « Les échantillons A sont importants pour être qualifié en tant que fournisseur dans une industrie qui a longtemps été contrôlée par des fournisseurs asiatiques », a ajouté le PDG.

La PDG de SINTEF, Alexandra Bech Gjørv, a expliqué : « Grâce à un feuille de route européenne typique, des travaux sont actuellement en cours pour développer une génération de batteries qui seront plus sûres, résisteront à une charge beaucoup plus rapide et dureront plus longtemps. » Elle a ajouté que « la production de batteries sera plus durable et plus rentable car les produits bruts parcourront des distances plus courtes. Ce sont des changements essentiels dans la façon dont les batteries sont produites et utilisées, et cela offre de toutes nouvelles opportunités. »

businesswire.com, sintef.no

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici