dimanche, 5 février 2023

L’inscription biométrique des électeurs progresse de manière inégale dans 3 pays africains

La Commission électorale nationale du Libéria a en fait révélé sur que le début de la procédure d’inscription biométrique des électeurs avant le vote d’octobre prochain sera reporté de son lancement organisé le 15 décembre. Selon la NEC qu’un tout nouveau calendrier sera bientôt mis en place, indiquant que « le processus électoral de 2023 est en cours ». Le changement fait suite à la conclusion tant attendue de

une procédure d’approvisionnement finalement remportée par Laxton pour fournir l’équipement d’enregistrement des citoyens et l’application logicielle lorsque son choix a été approuvé par l’organisme de surveillance PPCC. Ce choix est contesté par Waymark Infotech et son partenaire Mwetana, qui déclarent que leur devis conjoint était inférieur d’environ 700 000 dollars et satisfaisait à toutes les exigences de certification, selon Front Page Africa. La plainte du partenaire décrit des documents financiers fournis par Laxton et son utilisation d’ordinateurs portables lors de démonstrations au lieu de tablettes. L’enregistrement biométrique progresse au Zimbabwe La Commission électorale du Zimbabwe affirme que plus de 70 % des électeurs éligibles dans le pays ont été inscrits, rapporte The Herald. Le directeur général des élections de la ZEC, Utoile Silaigwana, a présenté la mise à jour au Parlement du Zimbabwe, déclarant que le système biométrique

attrape les personnes essayant des enregistrements en double. Certains groupes de la société civile se sont plaints que la ZEC n’enregistre pas tous ceux qui postulent, ce que Silaigwana a attribué à des personnes déjà inscrites sur les listes électorales. Étant donné que certaines inscriptions se produisent hors ligne, les autorités ne seraient pas toujours en mesure de confirmer aux personnes qu’elles sont actuellement enregistrées. Le fonctionnaire a également plaidé en faveur d’un financement accru de la zec pour mener à bien l’éducation citoyenne. Le Nigéria enquête sur 23 responsables de l’INEC Indépendamment de l’exclusion de 2,7

millions d’inscrits disqualifiés de ses listes électorales, la liste électorale provisoire publiée par la

Commission électorale nationale indépendante du Nigéria

inclut toujours des inscriptions en double et enfants, rapporte la BBC. Le système bimodal d’accréditation des électeurs, qui utilise les empreintes digitales et la reconnaissance faciale pour la déduplication biométrique, est censé aider à garder le registre en ordre, ce qui suscite des inquiétudes quant à la façon dont les citoyens inéligibles sont apparus sur la liste. Aujourd’hui, 23 autorités de l’INEC sont en cours d’examen pour avoir éventuellement participé à des tentatives d’escroquerie électorale. Un ancien responsable de l’INEC a en fait fait valoir que la technologie d’évaluation de l’âge basée sur la biométrie faciale ne devrait pas être utilisée pour éliminer les inscrits mineurs, entre-temps. Contribuant à l’imprévisibilité de la préparation des élections de février, Bola Tinubu, candidat gouvernemental à la Conférence All Progressives, a averti lors d’un discours à Londres que l’INEC n’avait pas assuré aux Nigérians d’outre-mer que le système en place pour le vote électronique était fiable, rapporte Channels.

Toute l’actualité en temps réel, est sur L’Entrepreneur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici